Advertisement
JOGC

Le VIH/sida est encore présent

      Pendant que le Canada et le monde peinent à se remettre de la pandémie de SARS-CoV-2, il est important de se rappeler que l’épidémie de VIH/sida n’est pas terminée malgré les importants progrès en diagnostic et en traitement réalisés ces dernières décennies.
      Dans les années 1980, au Canada, le VIH/sida était considéré comme une maladie touchant surtout les hommes gais, les consommateurs de drogues injectables, les patients atteints d’hémophilie et les immigrants d’Haïti. Il a fallu bien des années avant qu’on reconnaisse que les femmes pouvaient aussi être infectées et touchées par le VIH/sida et que les nourrissons étaient également vulnérables à la maladie.
      Quand j’étais résidente en chef en obstétrique et gynécologie il y a de ça 30 ans, j’ai vu mon cher ami et camarade d’études en médecine, le Dr Peter Jepson-Young, un militant de la lutte contre le sida des plus connus à l’époque au Canada, succomber à la maladie. À ce moment, j’étais pleinement consciente que notre communauté ne reconnaissait pas le fardeau du VIH/sida chez les femmes, en particulier les femmes enceintes. Il existait peu de soins spécialisés pour les femmes atteintes du VIH, et le monde médical commençait tout juste à reconnaître les besoins particuliers des femmes enceintes vivant avec le VIH.
      En 1990, précisément, nos collègues en pédiatrie, le Dr Jack Forbes et la regrettée Dre Susan King, ont eu la bonne idée de lancer ce qui est devenu le Programme de surveillance périnatale du VIH au Canada, qui représente encore aujourd’hui un excellent modèle de surveillance pancanadienne des maladies périnatales.
      Au début des années 1990, en tant que monitrice clinique en maladies infectieuses à l’Université de Washington, j’ai eu l’occasion d’inscrire des femmes à ce qui allait devenir l’essai le plus déterminant dans le domaine de la transmission du VIH pendant la grossesse. Le protocole ACTG 076 désigne cet essai comparatif avec placebo à double insu sur la zidovudine. Il était audacieux de suggérer l’utilisation d’un traitement antirétroviral relativement nouveau chez les femmes enceintes. L’essai a fait l’objet d’un examen intermédiaire planifié en février 1994. Le mardi suivant le jour des présidents aux États-Unis, le télécopieur, à notre clinique de Seattle spécialisée en VIH chez les femmes et les enfants, s’est mis à déverser les données. Les faits étaient renversants! Il s’agissait du premier exemple de traitement préventif contre le VIH.
      Le taux de transmission verticale était de seulement 8 % dans le groupe zidovudine comparativement à 25 % dans le groupe placebo
      • Connor E.M.
      • Sperling R.S.
      • Gelber R.
      • et al.
      Reduction of maternal-infant transmission of human immunodeficiency virus type 1 with zidovudine treatment. Pediatric AIDS Clinical Trials Group Protocol 076 Study Group.
      . Nous avons aussitôt téléphoné à nos patientes pour qu’elles soient traitées par zidovudine, et, à mon retour à notre centre complet de traitement du VIH pour les femmes et les enfants, the Oak Tree Clinic, à Vancouver, C.-B., plus tard cette année-là, nous avons commencé à prescrire la même prophylaxie à nos patientes. C’était le début d’une augmentation progressive de la complexité du traitement du VIH pendant la grossesse, qui a évolué au point où nous pouvons maintenant assurer aux femmes atteintes du VIH qu’elles peuvent mener une grossesse sécuritaire avec un risque de moins de 1 % de transmettre le VIH à leur bébé
      • Forbes J.C.
      • Alimenti A.M.
      • Singer J.
      • et al.
      A national review of vertical HIV transmission.
      .
      Malheureusement, ces avancées n’ont pas marqué la fin de la transmission du VIH pendant la grossesse. Il y a de nombreux endroits dans le monde où le diagnostic et le traitement précoces ne sont pas accessibles. Même le Canada a enregistré une hausse du taux de transmission dans les dernières années, lequel s’est élevé jusqu’à 3 % en 2021

      Singer J, Sauve L, Bitnun A, et al. The effect of the COVID-19 pandemic on access to HIV Treatment and vertical transmission: results from the Canadian Perinatal HIV Surveillance Program [résumé]. In: The 24th International AIDS Conference (AIDS 2022). July 29 to August 2, 2022; Montréal, QC.

      en raison des obstacles au diagnostic et aux soins. Notre nouvel objectif devrait être d’éliminer l’infection avec une cible de 0 % de nourrissons séropositifs pour le VIH et l’objectif que 100 % des femmes enceintes au Canada aient accès à un traitement optimal pour elles-mêmes et leurs nourrissons.
      Nous devons également reconnaître qu’il y a aujourd’hui beaucoup de femmes vivant avec le VIH au Canada, soit environ 15 000
      Gouvernement du Canada
      Personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) au Canada : infographique. Gouvernement du Canada.
      , et que les femmes représentent environ 30 % des nouvelles infections
      Public Health Agency of Canada
      Le VIH au Canada : Les points saillants de la surveillance pour 2019. Gouvernement du Canada.
      . Ces femmes auront besoin de soins continus en vieillissant puisque cette maladie, quoique contrôlable, est associée à une accélération du vieillissement biologique. Elles ont aussi besoin de soins gynécologiques adaptés.
      Le VIH/sida n’étant pas enrayé, nous devons rester vigilants et attentifs à ce qui est nécessaire pour accélérer la progression vers l’atteinte de l’objectif mondial de mettre fin à l’épidémie de sida. En tant qu’obstétriciens et gynécologues, nous avons un rôle réel et important à jouer dans l’histoire, et je vous demande de ne pas oublier que le VIH et le sida sont des menaces qu’il nous reste à vaincre.

      Références

        • Connor E.M.
        • Sperling R.S.
        • Gelber R.
        • et al.
        Reduction of maternal-infant transmission of human immunodeficiency virus type 1 with zidovudine treatment. Pediatric AIDS Clinical Trials Group Protocol 076 Study Group.
        N Engl J Med. 1994 Nov 3; 331: 1173-1180
        • Forbes J.C.
        • Alimenti A.M.
        • Singer J.
        • et al.
        A national review of vertical HIV transmission.
        AIDS. 2012 Mar 27; 26: 757-763
      1. Singer J, Sauve L, Bitnun A, et al. The effect of the COVID-19 pandemic on access to HIV Treatment and vertical transmission: results from the Canadian Perinatal HIV Surveillance Program [résumé]. In: The 24th International AIDS Conference (AIDS 2022). July 29 to August 2, 2022; Montréal, QC.

        • Gouvernement du Canada
        Personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) au Canada : infographique. Gouvernement du Canada.
        (Disponible à :) (Accessed Consulté le 7 octobre 2022)
        • Public Health Agency of Canada
        Le VIH au Canada : Les points saillants de la surveillance pour 2019. Gouvernement du Canada.
        (Disponible à :) (Consulté le 7 octobre 2022)

      Linked Article

      • HIV/AIDS is Not Over
        Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada Vol. 44Issue 12
        • Preview
          As Canada and the world struggles to recover from the SARS-CoV-2 pandemic, it is important to remember that the HIV/AIDS epidemic is not over, despite significant advances in diagnosis and treatment over the last few decades.
        • Full-Text
        • PDF