Advertisement
JOGC

No 385 - Indications de l'examen pelvien

      RÉSUMÉ

      Objectif

      L'objectif principal du présent document est de clarifier les indications de l'examen pelvien.

      Utilisateurs concernés

      Médecins, y compris les gynécologues, obstétriciens, médecins de famille, urgentologues; infirmières, y compris les infirmières autorisées et les infirmières praticiennes; sages-femmes, y compris les sages-femmes en pratique clinique et les apprenties sages-femmes et les apprentis en médecine, y compris les étudiants de médecine, résidents, stagiaires (fellows); et tous les autres fournisseurs de soins de santé qui prodiguent des soins aux femmes.

      Population cible

      La présente publication fournit des données probantes et des recommandations fondées sur des avis d'experts sur l'examen pelvien chez les femmes adultes (18 ans et plus) avec et sans symptômes gynécologiques.

      Issues

      La présente publication clarifie les indications de l'examen pelvien dans le contexte des déclarations de groupes d’étude nationaux récemment publiées sur l'utilité de l'examen pelvien. L'objectif est de veiller à ce que les femmes qui présentent des indications cliniques d'examen fassent rapidement l'objet d'une évaluation clinique adéquate pour diagnostiquer les maladies traitables.

      Données probantes

      Pour la présente opinion de comité, les études pertinentes ont été repérées dans PubMed et Medline à l'aide des termes suivants, seuls ou combinés, et les recherches ont été limitées aux publications en anglais portant sur des humains sans date limite de publication : pelvic examination, bimanual examination, speculum examination, rectovaginal examination, ovarian cancer screening, asymptomatic women, periodic health examination. La recherche a été effectuée en mai et en juin 2018. Les données probantes pertinentes ont été retenues dans l'ordre suivant : méta-analyses, revues systématiques, lignes directrices et déclarations des groupes d’étude nationaux, essais cliniques randomisés, études de cohorte prospective, études observationnelles, revues non systématiques, études de série de cas et rapports. Des articles supplémentaires ont été repérés en consultant les notices bibliographiques des publications sélectionnées. Une revue systématique officielle n'a pas été menée pour tous les sujets discutés en raison du manque de données probantes et du nombre de différents sous-thèmes abordés. Le nombre total de publications examinées dans le cadre de cette revue était de 66.

      Méthodes de validation

      Les auteurs principaux ont rédigé le contenu et les recommandations et ils se sont entendus sur ces derniers. Les conseils d'administration de la Society of Gynecologic Oncology of Canada (GOC), de Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) et de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) ont approuvé la version définitive aux fins de publication après que leurs comités représentatifs respectifs l'aient passée en revue. La qualité des données probantes utilisées dans le présent document a été évaluée au moyen des critères du cadre méthodologique GRADE (Grading of Recommendations, Assessment, Development, and Evaluation). (Tableaux 1 et 2) Le résumé des conclusions est disponible sur demande.

      Avantages, préjudice et coûts

      La présente opinion de comité devrait aider toutes les femmes qui souffrent ou non de symptômes gynécologiques qui se présentent chez le gynécologue et un fournisseur de soins primaires. Elle aidera les praticiens à déterminer les indications d'examen pelvien afin de réduire le nombre d'examens inutiles et susceptibles de porter préjudice tout en augmentant le nombre d'examens indiqués afin de réduire les retards de diagnostic des affections gynécologiques traitables.

      Mise à jour de la directive clinique

      La présente opinion de comité de la SOGC sera automatiquement passée en revue cinq ans après sa publication pour déterminer si une partie ou l'ensemble de l'opinion de comité devrait être mis à jour. Cependant, cette revue peut être effectuée plus tôt si de nouvelles recherches révolutionnaires sont publiées entre-temps.

      DÉCLARATIONS SOMMAIRES

      • 1
        Les déclarations et les directives nationales et internationales sur l'examen pelvien ne devraient pas être interprétées comme si l'examen pelvien est superflu, qu'il ne contribue pas à l’évaluation physique ou que l'examen pelvien chez les femmes symptomatiques devrait être omis.
      • 2
        L'examen pelvien peut comprendre les examens visuels, au spéculum, bimanuel, à un doigt ou rectovaginal selon l'indication d'examen.
      • 3
        Aucune étude publiée à ce jour n'a évalué adéquatement quelque composante que ce soit de l'examen pelvien comme méthode de dépistage pour quelconque type de maladie gynécologique maligne, à l'exception de l'examen au spéculum pour le dépistage cytologique du cancer du col de l'utérus. Ainsi, toute recommandation universelle, pour ou contre les examens pelviens pour d'autres indications ne peut qu’être faite selon l'opinion des spécialistes et des données probantes de faible qualité.
      • 4
        Chez les femmes asymptomatiques dont le risque de cancer du col de l'utérus est moyen, le dépistage cytologique du cancer du col de l'utérus réduit à la fois son incidence et son taux de mortalité en détectant les lésions préinvasives traitables.
      • 5
        Chez les femmes asymptomatiques dont le risque de tumeur ou affection maligne est moyen, un examen visuel et bimanuel au moment d'obtenir des échantillons cytologiques cervicaux peut apporter une valeur ajoutée à cette méthode de dépistage. Les femmes peuvent ne pas soulever certaines inquiétudes sur le plan gynécologique jusqu'au moment de l'examen pelvien; l'examen offre une occasion de sensibiliser les patientes et de maintenir les compétences du praticien; de plus, même si le sujet n'a pas encore été étudié adéquatement, il pourrait comporter des effets positifs sur les tumeurs ou affections malignes ovariennes et vulvaires qui nécessiteraient des analyses plus poussées. Ces avantages potentiels devraient être soupesés par rapport aux préjudices potentiels comme l'inconfort de la patiente et les faux positifs ou négatifs qui pourraient la rassurer à tort ou entraîner des analyses et des interventions non justifiées.

      RECOMMANDATIONS

      Femmes symptomatiques
      • 1
        Toute femme qui exprime des plaintes de nature gynécologique, y compris, mais sans s'y limiter, des plaintes concernant la vulve, des pertes vaginales, des saignements préménopausiques anormaux, des saignements postménopausiques, l'infertilité, des symptômes de prolapsus des organes pelviens, l'incontinence urinaire, de nouveaux symptômes gastro-intestinaux inexpliqués (douleur abdominale, distension abdominale ou ballonnement et difficulté à manger ou satiété précoce), la douleur pelvienne ou la dyspareunie, devrait subir des composantes pertinentes de l'examen pelvien afin de détecter les maladies bénignes ou malignes (forte, basse).
      • 2
        Les fournisseurs de soins de santé peuvent envisager de discuter des risques et avantages de l'exécution d'un examen pelvien de base qui comprend un examen visuel et un examen bimanuel avant de prescrire une hormonothérapie substitutive ou un traitement hormonal de la ménopause (faible, très basse).
      Femmes asymptomatiques
      • 3
        Les professionnels de la santé devraient faire le dépistage cytologique du cancer du col de l'utérus conformément aux lignes directrices provinciales ou territoriales (forte, forte).
      • 4
        Les données sont insuffisantes pour orienter les recommandations sur l'examen pelvien aux fins de dépistage de tumeurs ou affections malignes de nature gynécologique non cervicales ou de toute maladie gynécologique bénigne chez les femmes asymptomatiques en santé dont le risque de tumeur ou affection maligne est moyen. Cependant, les professionnels de la santé peuvent envisager d'effectuer un examen pelvien aux fins de dépistage comprenant les examens visuel, bimanuel et au spéculum conjointement avec le prélèvement d’échantillons cytologiques cervicaux selon les intervalles recommandés dans les lignes directrices provinciales ou territoriales. Cette pratique pourrait permettre de détecter d'importantes maladies bénignes ou malignes non reconnues ou signalées par la patiente (faible, très basse).
      • 5
        Chez les femmes âgées de plus de 70 ans qui n'ont plus à subir de dépistage cytologique cervical, les professionnels de la santé devraient envisager de continuer chez les femmes asymptomatiques le dépistage périodique des maladies vulvaires en examinant la vulve, le périnée et l'anus afin de détecter les maladies bénignes ou malignes méconnues de cette population. Les données sont insuffisantes pour déterminer des recommandations sur la fréquence de cet examen (faible, basse).
      • 6
        Des examens pelviens de dépistage plus fréquents pour déceler les signes précoces de tumeurs ou affections malignes primitives, récidivantes ou métastatiques en l'absence de symptômes pourraient s'avérer bénéfiques pour les femmes qui ont des antécédents personnels de tumeurs malignes de nature gynécologique, un diagnostic génétique qui augmente le risque de tumeurs ou affections malignes gynécologiques ou des antécédents d'exposition in utero au diéthylstilbestrol. Puisque les données pour déterminer ces intervalles de dépistage sont inadéquates, on devrait les déterminer en fonction des lignes directrices provinciales ou territoriales et de l'opinion des spécialistes (faible, très basse).
      • 7
        Les options non effractives et par auto-prélèvement de dépistage de la chlamydia et de la gonorrhée sont acceptables chez les femmes asymptomatiques, mais l'examen pelvien, qui comprend les examens visuel, bimanuel et au spéculum, est requis en présence de symptômes pour écarter la possibilité d'une maladie inflammatoire pelvienne ou d'un abcès tubo-ovarien (forte, basse).
      • 8
        Aucun examen pelvien n'est requis avant la prescription de contraception hormonale chez une femme en santé qui ne présente aucun symptôme gynécologique (forte, basse).

      Mots clés

      To read this article in full you will need to make a payment

      Purchase one-time access:

      Academic & Personal: 24 hour online accessCorporate R&D Professionals: 24 hour online access
      One-time access price info
      • For academic or personal research use, select 'Academic and Personal'
      • For corporate R&D use, select 'Corporate R&D Professionals'

      Subscribe:

      Subscribe to Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada
      Already a print subscriber? Claim online access
      Already an online subscriber? Sign in
      Institutional Access: Sign in to ScienceDirect

      RÉFÉRENCES

        • Macfarlane C.
        The value of the periodic pelvic examination of supposedly well women.
        Med Clin North Am. 1948; 32: 1557-1561
        • Bloomfield HE
        • Olson A
        • Greer N
        • et al.
        Screening pelvic examinations in asymptomatic, average-risk adult women: an evidence report for a clinical practice guideline from the American College of Physicians.
        Ann Intern Med. 2014; 161: 46-53
        • Stormo AR
        • Cooper CP
        • Hawkins NA
        • et al.
        Physician characteristics and beliefs associated with use of pelvic examinations in asymptomatic women.
        Prev Med. 2012; 54: 415-421
        • Saleh N
        • Abu-Gariba M
        • Yehoshua I
        • et al.
        Barriers to implementation of a pelvic examination among family doctors in primary care clinics.
        Postgrad Med. 2018; 130: 341-347
        • MacLaughlin KL
        • Faubion SS
        • Long ME
        • et al.
        Should the annual pelvic examination go the way of annual cervical cytology?.
        Womens Health (Lond). 2014; 10: 373-384
        • Sawaya GF
        • Smith-McCune KK
        • Gregorich SE
        • et al.
        Effect of professional society recommendations on women's desire for a routine pelvic examination.
        Am J Obstet Gynecol. 2017; 217 (e1–7): 338
        • Vandborg MP
        • Christensen RD
        • Kragstrup J
        • et al.
        Reasons for diagnostic delay in gynecological malignancies.
        Int J Gynecol Cancer. 2011; 21: 967-974
        • Qaseem A
        • Humphrey LL
        • Harris R
        • et al.
        Screening pelvic examination in adult women: a clinical practice guideline from the American College of Physicians.
        Ann Intern Med. 2014; 161: 67-72
        • Tonelli M
        • Connor Gorber S
        • Moore A
        • et al.
        Recommendations on routine screening pelvic examination: Canadian Task Force on Preventive Health Care adoption of the American College of Physicians guideline.
        Can Fam Physician. 2016; 62: 211-214
        • Guirguis-Blake JM
        • Henderson JT
        • Perdue LA
        Periodic screening pelvic examination: evidence report and systematic review for the US Preventive Services Task Force.
        JAMA. 2017; 317: 954-966
        • Bibbins-Domingo K
        • Grossman DC
        • Curry SJ
        • et al.
        Screening for gynecologic conditions with pelvic examination: US Preventive Services Task Force recommendation statement.
        JAMA. 2017; 317: 947-953
      1. Committee on Gynecologic Practice, Committee opinion No. 534: well-woman visit.
        Obstet Gynecol. 2012; 120: 421-424
      2. Schünemann H Brozek J Guyatt G The GRADE Handbook. GRADE Working Group, 2013 (Disponible à :) (Consulté le 3 février 2019)
        • Savas JA
        • Pichardo RO
        Female genital itch.
        Dermatol Clin. 2018; 36: 225-243
        • Akhtar-Danesh N
        • Elit L
        • Lytwyn A
        Trends in incidence and survival of women with invasive vulvar cancer in the United States and Canada: a population-based study.
        Gynecol Oncol. 2014; 134: 314-318
        • Lai J
        • Elleray R
        • Nordin A
        • et al.
        Vulval cancer incidence, mortality and survival in England: age-related trends.
        BJOG. 2014; 121 (discussion 39): 728-738
        • Holleczek B
        • Sehouli J
        • Barinoff J
        Vulvar cancer in Germany: increase in incidence and change in tumour biological characteristics from 1974 to 2013.
        Acta Oncol. 2018; 57: 324-330
        • Singh S
        • Best C
        • Dunn S
        • et al.
        Abnormal uterine bleeding in pre-menopausal women.
        J Obstet Gynaecol Can. 2013; 35: 473-479
        • Reichman DE
        • Laufer MR
        Congenital uterine anomalies affecting reproduction.
        Best Pract Res Clin Ostet Gynaecol. 2010; 24: 193-208
        • Krychman M
        • Graham S
        • Bernick B
        • et al.
        The Women's EMPOWER survey: women's knowledge and awareness of treatment options for vulvar and vaginal atrophy remains inadequate.
        J Sex Med. 2017; 14: 425-433
        • Weiderpass E
        • Tyczynski JE.
        Epidemiology of patients with ovarian cancer with and without a BRCA1/2 mutation.
        Mol Diagn Ther. 2015; 19: 351-364
        • Haylen BT
        • Maher CF
        • Barber MD
        • et al.
        An International Urogynecological Association (IUGA)/International Continence Society (ICS) joint report on the terminology for female pelvic organ prolapse (POP).
        Int Urogynecol J. 2016; 27: 655-684
        • Pahwa AK
        • Siegelman ES
        • Arya LA
        Physical examination of the female internal and external genitalia with and without pelvic organ prolapse: a review.
        Clin Anat. 2015; 28: 305-313
        • Veeraswamy A
        • Lewis M
        • Mann A
        • et al.
        Extragenital endometriosis.
        Clin Obstet Gynecol. 2010; 53: 449-466
        • Goff BA
        • Mandel LS
        • Drescher CW
        • et al.
        Development of an ovarian cancer symptom index: possibilities for earlier detection.
        Cancer. 2007; 109: 221-227
        • Kruszka PS
        • Kruszka SJ.
        Evaluation of acute pelvic pain in women.
        Am Fam Physician. 2010; 82: 141-147
        • Brawn J
        • Morotti M
        • Zondervan KT
        • et al.
        Central changes associated with chronic pelvic pain and endometriosis.
        Hum Reprod Update. 2014; 20: 737-747
        • Hersh JE.
        Vulvodynia in adolescents: presentation, diagnosis and treatment options.
        Curr Opin Obstet Gynecol. 2018; 30: 293-299
        • Spitznagle TM
        • Robinson CM
        Myofascial pelvic pain.
        Obstet Gynecol Clin North Am. 2014; 41: 409-432
        • Linden JA
        • Grimmnitz B
        • Hagopian L
        • et al.
        Is the pelvic examination still crucial in patients presenting to the emergency department with vaginal bleeding or abdominal pain when an intrauterine pregnancy is identified on ultrasonography? A randomized controlled trial.
        Ann Emerg Med. 2017; 70: 825-834
        • Isoardi K
        Review article: the use of pelvic examination within the emergency department in the assessment of early pregnancy bleeding.
        Emerg Med Australas. 2009; 21: 440-448
        • Hsu WP
        • Hsiao PC
        In response: Review article: The use of pelvic examination within the emergency department in the assessment of early pregnancy bleeding.
        Emerg Med Australas. 2010; 22: 254
        • Andersen MR
        • Drescher CW
        • Zheng Y
        • et al.
        Changes in cancer worry associated with participation in ovarian cancer screening.
        Psychooncology. 2007; 16: 814-820
        • Mehrotra A
        • Zaslavsky AM
        • Ayanian JZ
        Preventive health examinations and preventive gynecological examinations in the United States.
        Arch Intern Med. 2007; 167: 1876-1883
        • Norrell LL
        • Kuppermann M
        • Moghadassi MN
        • et al.
        Women's beliefs about the purpose and value of routine pelvic examinations.
        Am J Obstet Gynecol. 2017; 217 (e1–6): 86
        • Dickinson J
        • Tsakonas E
        • Conner Gorber S
        • et al.
        Recommendations on screening for cervical cancer.
        CMAJ. 2013; 185: 35-45
        • Ladouceur R.
        Recommendations for the routine screening pelvic examination: could they have a negative effect on physician competence?.
        Can Fam Physician. 2016; 62: 460
        • Tambouret RH.
        The evolution of the Papanicolaou smear.
        Clin Obstet Gynecol. 2013; 56: 3-9
        • Traut HF
        • Papanicolaou GN.
        Cancer of the uterus: the vaginal smear in its diagnosis.
        Cal West Med. 1943; 59: 121-122
        • Kingsberg SA
        • Wysocki S
        • Magnus L
        • et al.
        Vulvar and vaginal atrophy in postmenopausal women: findings from the REVIVE (REal Women's VIews of Treatment Options for Menopausal Vaginal ChangEs) survey.
        J Sex Med. 2013; 10: 1790-1799
        • Nappi RE
        • Kokot-Kierepa M
        Vaginal Health: Insights, Views & Attitudes (VIVA) - results from an international survey.
        Climacteric. 2012; 15: 36-44
        • Braun MM
        • Overbeek-Wager EA
        • Grumbo RJ
        Diagnosis and management of endometrial cancer.
        Am Fam Physician. 2016; 93: 468-474
        • Henderson JT
        • Webber EM
        • Sawaya GF
        Screening for ovarian cancer: updated evidence report and systematic review for the US Preventive Services Task Force.
        JAMA. 2018; 319: 595-606
        • Grossman DC
        • Curry SJ
        • Owens DK
        • et al.
        Screening for ovarian cancer: US Preventive Services Task Force recommendation statement.
        JAMA. 2018; 319: 588-594
        • Jacobs IJ
        • Skates SJ
        • MacDonald N
        • et al.
        Screening for ovarian cancer: a pilot randomised controlled trial.
        Lancet. 1999; 353: 1207-1210
        • Buys SS
        • Partridge E
        • Black A
        • et al.
        Effect of screening on ovarian cancer mortality: the Prostate, Lung, Colorectal and Ovarian (PLCO) Cancer Screening randomized controlled trial.
        JAMA. 2011; 305: 2295-2303
        • Jacobs IJ
        • Menon U
        • Ryan A
        • et al.
        Ovarian cancer screening and mortality in the UK Collaborative Trial of Ovarian Cancer Screening (UKCTOCS): a randomised controlled trial.
        Lancet. 2016; 387: 945-956
        • Adonakis GL
        • Paraskevaidis E
        • Tsiga S
        • et al.
        A combined approach for the early detection of ovarian cancer in asymptomatic women.
        Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol. 1996; 65: 221-225
        • Grover SR
        • Quinn MA.
        Is there any value in bimanual pelvic examination as a screening test.
        Med J Aust. 1995; 162: 408-410
        • Jacobs I
        • Stabile I
        • Bridges J
        • et al.
        Multimodal approach to screening for ovarian cancer.
        Lancet. 1988; 1: 268-271
        • Doroudi M
        • Kramer BS
        • Pinsky PF
        The bimanual ovarian palpation examination in the Prostate, Lung, Colorectal and Ovarian cancer screening trial: performance and complications.
        J Med Screen. 2017; 24: 220-222
        • Altman AD
        • Lambert P
        • Love AJ
        • et al.
        Examining the effects of time to diagnosis, income, symptoms, and incidental detection on overall survival in epithelial ovarian cancer: Manitoba Ovarian Cancer Outcomes (MOCO) Study Group.
        Int J Gynecol Cancer. 2017; 27: 1637-1644
        • Padilla LA
        • Radosevich DM
        • Milad MP
        Accuracy of the pelvic examination in detecting adnexal masses.
        Obstet Gynecol. 2000; 96: 593-598
        • Padilla LA
        • Radosevich DM
        • Milad MP
        Limitations of the pelvic examination for evaluation of the female pelvic organs.
        Int J Gynaecol Obstet. 2005; 88: 84-88
        • Salani R
        • Backes FJ
        • Fung MF
        • et al.
        Posttreatment surveillance and diagnosis of recurrence in women with gynecologic malignancies: Society of Gynecologic Oncologists recommendations.
        Am J Obstet Gynecol. 2011; 204: 466-478
        • National Cancer Institute (NCI)
        Diethylstilbestrol (DES) and Cancer.
        NIH, Bethesda, MD2011 (Available at:)
        • Rubin MM
        Antenatal exposure to DES: lessons learned...future concerns.
        Obstet Gynecol Surv. 2007; 62: 548-555
        • World Health Organization (WHO)
        Sexually Transmitted Infections.
        WHO, Geneva2016 (Available at:) (Consulté le 19 juin 2018)
        • Zakher B
        • Cantor AG
        • Pappas M
        • et al.
        Screening for gonorrhea and Chlamydia: a systematic review for the U.S. Preventive Services Task Force.
        Ann Intern Med. 2014; 161: 884-893
        • Fajardo-Bernal L
        • Aponte-Gonzalez J
        • Vigil P
        • et al.
        Home-based versus clinic-based specimen collection in the management of Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae infections.
        Cochrane Database Sys Rev. 2015; CD011317
        • Blake DR
        • Maldeis N
        • Barnes MR
        • et al.
        Cost-effectiveness of screening strategies for Chlamydia trachomatis using cervical swabs, urine, and self-obtained vaginal swabs in a sexually transmitted disease clinic setting.
        Sex Transm Dis. 2008; 35: 649-655
        • Bogler T
        • Farber A
        • Stall N
        • et al.
        Missed connections: unintended consequences of updated cervical cancer screening guidelines on screening rates for sexually transmitted infections.
        Can Fam Physician. 2015; 61: e459-e466
        • Davies HD
        • Wang EE
        Periodic health examination, 1996 update: 2. Screening for chlamydial infections. Canadian Task Force on the Periodic Health Examination.
        CMAJ. 1996; 154: 1631-1644
        • Centers for Disease Control and Prevention (CDC)
        STD & HIV Screening Recommendations.
        Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta, GA2018 (Available at:)
        • LeFevre ML.
        Screening for Chlamydia and gonorrhea: U.S. Preventive Services Task Force recommendation statement.
        Ann Intern Med. 2014; 161: 902-910
        • Scholes D
        • Stergachis A
        • Heidrich FE
        • et al.
        Prevention of pelvic inflammatory disease by screening for cervical chlamydial infection.
        N Engl J Med. 1996; 334: 1362-1366
        • Low N
        • Redmond S
        • Uuskula A
        • et al.
        Screening for genital chlamydia infection.
        Cochrane Database Sys Rev. 2016; CD010866
        • American College of Obstetricians and Gynecologists (ACOG)
        Guidelines for women's healthcare: a resource manual.
        4th ed. ACOG, Washington, DC2014
        • Black A
        • Guilbert E
        • Costescu D
        • et al.
        No. 329-Canadian contraception consensus part 4 of 4 chapter 9: combined hormonal contraception.
        J Obstet Gynaecol Can. 2017; 39 (e5): 229-268
        • Curtis KM
        • Jatlaoui TC
        • Tepper NK
        • et al.
        U.S. selected practice recommendations for contraceptive use, 2016.
        MMWR Recomm Rep. 2016; 65: 1-66

      Linked Article