Advertisement
JOGC

No 285 - Toxoplasmose pendant la grossesse : Prévention, dépistage et traitement

      Résumé

      Contexte

      Chez les femmes enceintes, la transmission verticale au fœtus constitue l'une des conséquences majeures de l'infection à Toxoplasma gondii. Bien que rare, la toxoplasmose congénitale peut être à l'origine d'une maladie neurologique ou oculaire (menant à la cécité) grave, ainsi qu'à des anomalies cardiaques et cérébrales. Les soins prénataux doivent comprendre la sensibilisation des patientes à la prévention de la toxoplasmose. La faible prévalence de la maladie au sein de la population canadienne et les contraintes en matière de diagnostic et de traitement limitent l'efficacité des stratégies de dépistage. Ainsi, la mise en œuvre d'un dépistage systématique n'est pas recommandée à l'heure actuelle.

      Objectif

      Analyser la prévention, le diagnostic et la prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse.

      Issues

      Parmi les issues évaluées, on trouve l'effet du dépistage sur le diagnostic de la toxoplasmose congénitale, ainsi que l'efficacité de la prophylaxie et du traitement.

      Résultats

      Des recherches ont été menées dans The Cochrane Library et Medline en vue d'en tirer les articles publiés en anglais, entre 1990 et aujourd'hui, traitant de la toxoplasmose et de la grossesse. Des articles additionnels ont été identifiés par l'intermédiaire des références que contenaient ces articles.

      Valeurs

      La qualité des résultats est évaluée et les recommandations sont formulées conformément aux lignes directrices élaborées par le Groupe d'étude canadien sur les soins de santé préventifs (Tableau 1).

      Avantages, désavantages et coûts

      La mise en œuvre de la présente directive clinique devrait aider le praticien à élaborer une approche pour le dépistage et le traitement de la toxoplasmose pendant la grossesse. Les patientes tireront avantage de la prise en charge appropriée de cette pathologie.

      Commanditaire

      La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada.

      Recommandations

      • 1.
        Un dépistage universel ne devrait pas être mis en œuvre de façon systématique en ce qui concerne les femmes enceintes n'étant exposées qu'à de faibles risques. Le dépistage sérologique ne devrait être offert qu'aux femmes enceintes considérées comme étant exposées à un risque d'infection primaire à Toxoplasma gondii (II-3E).
      • 2.
        La présence soupçonnée d'une infection récente chez une femme enceinte devrait être confirmée, avant la tenue d'une intervention, en soumettant des prélèvements à un laboratoire de référence en matière de toxoplasmose à des fins d'analyse (au moyen de tests aussi précis que possible et dont les résultats pourront être correctement interprétés) (II-2B).
      • 3.
        Lorsque la présence d'une infection aiguë est soupçonnée, un deuxième dépistage devrait être mené dans un délai de deux à trois semaines et la mise en œuvre immédiate (sans attendre les résultats du deuxième dépistage) d'un traitement à la spiramycine devrait être envisagée (II-2B).
      • 4.
        Une amniocentèse devrait être offerte aux fins de l'identification de Toxoplasma gondii dans le liquide amniotique au moyen de l'amplification en chaîne par polymérase (a) lorsqu'une infection primaire maternelle est diagnostiquée; (b) lorsque l'analyse sérologique ne peut confirmer ou exclure la présence d'une infection aiguë; ou (c) en présence de constatations échographiques anormales (calcification intracrânienne, microcéphalie, hydrocéphalie, ascite, hépatosplénomégalie ou grave retard de croissance intra-utérin) (II-2B).
      • 5.
        L'amniocentèse visant l'identification de l'infection à Toxoplasma gondii ne devrait pas être offerte aux patientes se trouvant à moins de 18 semaines de gestation et ne devrait également pas être offerte avant qu'au moins quatre semaines ne se soient écoulées depuis la manifestation soupçonnée de l'infection maternelle aiguë, et ce, afin d'atténuer la fréquence des résultats faux négatifs (II-2D).
      • 6.
        La présence d'une infection à Toxoplasma gondii devrait être soupçonnée chez les femmes enceintes qui présentent des constatations échographiques conformes à la présence possible d'une infection TORCH (toxoplasmose, rubéole, cytomégalovirus, herpès et autres), y compris, entre autres, la calcification intracrânienne, la microcéphalie, l'hydrocéphalie, l'ascite, l'hépatosplénomégalie ou le grave retard de croissance intra-utérin; de plus, un dépistage devrait leur être offert (II-2B).
      • 7.
        Chaque cas mettant en cause une femme enceinte chez qui l'on soupçonne la présence d'une infection aiguë à Toxoplasma gondii acquise pendant la grossesse devrait faire l'objet d'une discussion avec un spécialiste de la prise en charge de la toxoplasmose (III-B).
      • 8.
        Lorsque la présence d'une infection maternelle a été confirmée, mais que l'on ne sait toujours pas si le fœtus est infecté, de la spiramycine devrait être offerte à des fins de prophylaxie fœtale (en vue de prévenir la propagation d'organismes de la mère au fœtus par l'intermédiaire du placenta) (I-B).
      • 9.
        L'utilisation combinée de pyriméthamine, de sulfadiazine et d'acide folinique devrait être offerte à titre de traitement aux femmes chez qui la présence d'une infection fœtale a été confirmée ou est fortement soupçonnée (habituellement à la suite de l'obtention de résultats positifs issus d'une amplification en chaîne par polymérase du liquide amniotique) (I-B).
      • 10.
        La mise en œuvre d'un traitement antitoxoplasmique chez les femmes enceintes immunocompétentes ayant déjà connu une infection à Toxoplasma gondii ne devrait pas être nécessaire (I-E).
      • 11.
        Un dépistage devrait être offert aux femmes qui sont immunodéficientes ou séropositives pour le VIH, en raison du risque de réactivation et d'encéphalite toxoplasmique (I-A).
      • 12.
        Une femme n'étant pas enceinte qui reçoit un diagnostic d'infection aiguë à Toxoplasma gondii devrait se voir conseiller d'attendre six mois avant de tenter de devenir enceinte. Chaque cas devrait être pris en considération de façon distincte, en consultation avec un spécialiste (III-B).
      • 13.
        Des renseignements sur la prévention de l'infection à Toxoplasma gondii pendant la grossesse devraient être mis à la disposition de toutes les femmes qui sont enceintes ou qui planifient le devenir (III-C).

      Mots clés

      To read this article in full you will need to make a payment

      Purchase one-time access:

      Academic & Personal: 24 hour online accessCorporate R&D Professionals: 24 hour online access
      One-time access price info
      • For academic or personal research use, select 'Academic and Personal'
      • For corporate R&D use, select 'Corporate R&D Professionals'

      Subscribe:

      Subscribe to Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada
      Already a print subscriber? Claim online access
      Already an online subscriber? Sign in
      Institutional Access: Sign in to ScienceDirect

      Références

        • Skariah S.
        • McIntyre M.K.
        • Mordue D.G.
        Toxoplasma gondii: determinants of tachyzoite to bradyzoite conversion.
        Parasitol Res. 2010; 107: 253-260
        • Elmore S.A.
        • Jones J.L.
        • Conrad P.A.
        • et al.
        Toxoplasma gondii: epidemiology, feline clinical aspects, and prevention.
        Trends Parasitol. 2010; 26: 190-196
        • Dubey J.P.
        • Lindsay D.S.
        • Lappin M.R.
        Toxoplasmosis and other intestinal coccidial infections in cats and dogs.
        Vet Clin North Am Small Anim Pract. 2009; 39 (v): 1009-1034
        • Cook A.J.
        • Gilbert R.E.
        • Buffolano W.
        • et al.
        Sources of toxoplasma infection in pregnant women: European multicentre case-control study. European Research Network on Congenital Toxoplasmosis.
        BMJ. 2000; 321: 142-147
        • Jones J.L.
        • Kruszon-Moran D.
        • Wilson M.
        • et al.
        Toxoplasma gondii infection in the United States: seroprevalence and risk factors.
        Am J Epidemiol. 2001; 154: 357-365
        • Jones J.L.
        • Krueger A.
        • Schulkin J.
        • et al.
        Toxoplasmosis prevention and testing in pregnancy, survey of obstetrician-gynaecologists.
        Zoonoses Public Health. 2010; 57: 27-33
        • Dubey J.P.
        • Jones J.L.
        Toxoplasma gondii infection in humans and animals in the United States.
        Int J Parasitol. 2008; 38: 1257-1278
        • Di Carlo P.
        • Romano A.
        • Schimmenti M.G.
        • et al.
        Maternofetal Toxoplasma gondii infection: critical review of available diagnostic methods.
        Infez Med. 2008; 16: 28-32
        • Carter A.O.
        • Frank J.W.
        Congenital toxoplasmosis: epidemiologic features and control.
        CMAJ. 1986; 135: 618-623
        • Messier V.
        • Levesque B.
        • Proulx J.F.
        • et al.
        Seroprevalence of Toxoplasma gondii among Nunavik Inuit (Canada).
        Zoonoses Public Health. 2009; 56: 188-197
        • Jones J.
        • Lopez A.
        • Wilson M.
        Congenital toxoplasmosis.
        Am Fam Physician. 2003; 67: 2131-2138
        • Boyer K.M.
        • Holfels E.
        • Roizen N.
        • et al.
        Risk factors for Toxoplasma gondiiinfection in mothers of infants with congenital toxoplasmosis: Implications for prenatal management and screening.
        Am J Obstet Gynecol. 2005; 192: 564-571
        • Kravetz J.D.
        • Federman D.G.
        Prevention of toxoplasmosis in pregnancy: knowledge of risk factors.
        Infect Dis Obstet Gynecol. 2005; 13: 161-165
        • Stray-Pedersen B.
        Toxoplasmosis in pregnancy.
        Baillieres Clin Obstet Gynaecol. 1993; 7: 107-137
        • Garweg J.G.
        • Scherrer J.
        • Wallon M.
        • et al.
        Reactivation of ocular toxoplasmosis during pregnancy.
        BJOG. 2005; 112: 241-242
        • Montoya J.G.
        • Remington J.S.
        Management of Toxoplasma gondii infection during pregnancy.
        Clin Infect Dis. 2008; 47: 554-566
        • Chen K.T.
        • Eskild A.
        • Bresnahan M.
        • et al.
        Previous maternal infection with Toxoplasma gondii and the risk of fetal death.
        Am J Obstet Gynecol. 2005; 193: 443-449
        • Liesenfeld O.
        • Press C.
        • Montoya J.G.
        • et al.
        False-positive results in immunoglobulin M (IgM) toxoplasma antibody tests and importance of confirmatory testing: the Platelia Toxo IgM test.
        J Clin Microbiol. 1997; 35: 174-178
        • Flori P.
        • Chene G.
        • Varlet M.N.
        • et al.
        Toxoplasma gondii serology in pregnant woman: characteristics and pitfalls [article in French].
        Ann Biol Clin (Paris). 2009; 67: 125-133
        • Montoya J.G.
        Laboratory diagnosis of Toxoplasma gondii infection and toxoplasmosis.
        J Infect Dis. 2002; 185: S73-S82
        • Romand S.
        • Wallon M.
        • Frank J.
        • et al.
        Prenatal diagnosis using polymerase chain reaction on amniotic fluid for congenital toxoplasmosis.
        Obstet Gynecol. 2001; 97: 296-300
        • Lappalainen M.
        • Hedman K.
        Serodiagnosis of toxoplasmosis. The impact of measurement of IgG avidity.
        Ann Ist Super Sanita. 2004; 40: 81-88
        • Foulon W.
        • Pinon J.M.
        • Stray-Pedersen B.
        • et al.
        Prenatal diagnosis of congenital toxoplasmosis: a multicenter evaluation of different diagnostic parameters.
        Am J Obstet Gynecol. 1999; 181: 843-847
        • Dunn D.
        • Wallon M.
        • Peyron F.
        • et al.
        Mother-to-child transmission of toxoplasmosis: risk estimates for clinical counselling.
        Lancet. 1999; 353: 1829-1833
        • Brown E.D.
        • Chau J.K.
        • Atashband S.
        • et al.
        A systematic review of neonatal toxoplasmosis exposure and sensorineural hearing loss.
        Int J Pediatr Otorhinolaryngol. 2009; 73: 707-711
        • Wallon M.
        • Liou C.
        • Garner P.
        • et al.
        Congenital toxoplasmosis: systematic review of evidence of efficacy of treatment in pregnancy.
        BMJ. 1999; 318: 1511-1514
        • Peyron F.
        • Wallon M.
        • Liou C.
        • et al.
        Treatments for toxoplasmosis in pregnancy.
        Cochrane Database Syst Rev. 1999; (CD001684)
        • McLeod R.
        • Kieffer F.
        • Sautter M.
        • et al.
        Why prevent, diagnose and treat congenital toxoplasmosis?.
        Mem Inst Oswaldo Cruz. 2009; 104: 320-344
        • Gollub E.L.
        • Leroy V.
        • Gilbert R.
        • et al.
        Effectiveness of health education on Toxoplasma-related knowledge, behaviour, and risk of seroconversion in pregnancy.
        Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol. 2008; 136: 137-145
        • Carter A.O.
        • Gelmon S.B.
        • Wells G.A.
        • et al.
        The effectiveness of a prenatal education programme for the prevention of congenital toxoplasmosis.
        Epidemiol Infect. 1989; 103: 539-545
        • Di Mario S.
        • Basevi V.
        • Gagliotti C.
        • et al.
        Prenatal education for congenital toxoplasmosis.
        Cochrane Database Syst Rev. 2009; (CD006171)