Advertisement
JOGC

No 133-Prévention de l'allo-immunisation fœto-maternelle Rh

      Résumé

      Objectif

      Énoncer une directive sur le recours au traitement prophylactique anti-D dans le but d'optimiser Ia prévention de l'allo-immunisation fœto-maternélle rhésus (Rh) chez les Canadiennes.

      Résultats attendus

      Une réduction de l'incidence de l'allo-immunisation fœto-maternelle Rh et du nombre d'approches immunoprophylactiques différentes dans Ia pratique clinique.

      Preuves

      On a mené une recherche sur MEDLINE et dans Ia Cochrane Library pour trouver les articles publiés en anglais, de 1968 à 2001 portant sur Ia prévention de l'allo-immunisation fœto-maternelle Rh. Les sujets recherchés comprenaient : Rho(D) immune globulin, Rh iso- ou alto-immunization, anti-D, anti-Rh, WinRho, Rhogam, et pregnancy. On a aussi relevé les publications pertinentes à partir des bibliographies de ces articles. Tous les types d'étude ont été examinés. La priorité a d'abord été accordée aux essais comparatifs randomisés; par Ia suite, les études de cohortes ont été prises en considération. On a indiqué les études particulières importantes sur lesquelles les principales recommandations s'appuient. Les données sur lesquelles chacune des recommandations est fondée sont résumées et accompagnées de renvois et de commentaires d'évaluation.

      Valeurs

      Les résultats recueillis ont été revus par le Comité de médecine fœto-maternelle et le Comité de génétique de La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) et ont été pondérés en fonction des critères d'évaluation des preuves établis par le Groupe de travail canadien sur l'examen de santé périodique.

      Recommandations

      • 1.
        II faut administrer, par voie i.m. ou i.v., 300 µg d'lg anti-D, dans les 72 heures suivant l'accouchement, à une femme Rh négatif non sensibilisée ayant donné naissance à un enfant Rh positif. Des lg anti-D additionnelles pourraient être nécessaires en cas d'hémorragie fœto-maternelle (HFM) où Ia perte d'érythrocytes fœtaux dépasse 15 ml (environ 30 ml de sang fœtal). II est aussi possible d'administrer, par voie i.m. ou i.v., 120 µg d'lg anti-D dans les 72 heures suivant l‘accouchement, en s’assurant de faire les tests nécessaires et de donner d'autres lg anti-D en cas d'HFM de plus de 6 ml d'érythrocytes fœtaux (12 ml de sang fœtal) (I-A).
      • 2.
        Si les lg anti-D ne sont pas administrées dans les 72 heures suivant l‘accouchement ou un autre incident potentiellement sensibilisant, il faut le faire dès que le besoin en est reconnu, jusqu’à 28 jours après l‘accouchement ou un autre incident potentiellement sensibilisant (III-B).
      • 3.
        II n'existe pas de bonnes preuves probantes appuyant l‘inclusion ou l‘exclusion d’épreuves systématiques de surveillance de I'HFM durant le postpartum et on n'a pas encore déterminé le rapport couts/avantages de telles épreuves chez les mères Rh présentant des risques (III-C).
      • 4.
        II faut systématiquement administrer 300 µg d'lg anti-D à toute femme Rh négatif non sensibilisée à Ia 28e semaine de gestation, lorsque le groupe sanguin fœtal n'est pas connu ou lorsqu'il a été déterminé comme étant Rh positif. Sinon, on peut administrer 2 doses de 100 à 120 µg (cette dernière étant Ia plus petite dose actuellement disponible au Canada) : Ia première à Ia 28e semaine et Ia seconde, à Ia 34e semaine (I-A).
      • 5.
        II faut faire le typage et le dépistage des allo-anticorps chez toutes les femmes enceintes (D négatif ou D positif), au moyen d'une analyse antiglobuline indirecte pratiquée au moment de Ia première visite prénatale et, de nouveau, à Ia 28e semaine (III-C).
      • 6.
        Lorsque Ia paternité est connue de façon certaine, on peut offrir un test Rh au père du bébé si Ia femme enceinte est Rh négatif, et ce, afin d'éviter l‘administration inutile de produits sanguins (III-C).
      • 7.
        Une femme présentant un « D faible » (aussi appelé Du positif) ne doit pas recevoir un anti-D (III-D).
      • 8.
        Une dose répétée prénatale d'immunoglobuline Rh n'est généralement pas nécessaire à Ia 40e semaine, pourvu que l‘injection prénatale n’ait pas été administrée avant Ia 28e semaine de gestation (III-C).
      • 9.
        Après un avortement spontané, une menace d'avortement ou un avortement provoqué pendant les 12 premières semaines de gestation, il faut administrer aux femmes D µg négatif non sensibilisées un minimum de 120 µg d'lg anti-D. Après 12 semaines de gestation, il faut leur en administrer 300 µg (II-3B).
      • 10.
        Au moment de pratiquer un avortement, Ia détermination du groupe sanguin et le dépistage des anticorps doivent être pratiqués à moins qu'ils ne l'aient été pendant Ia grossesse; dans ce cas, il n'est pas nécessaire de répéter le dépistage des anticorps (III-B).
      • 11.
        En cas de grossesse ectopique, il faut administrer des lg anti-D aux femmes D négatif non sensibilisées, à raison d'un minimum de 120 µg avant Ia 12e semaine de gestation et de 300 µg après Ia 12e semaine (III-B).
      • 12.
        Des lg anti-D doivent être administrées aux femmes D négatif non sensibilisées à Ia suite d'une grossesse molaire, à cause de Ia possibilité de Ia présence d'une môle partielle. En cas de diagnostic certain d'une môle complète, on peut s'abstenir d'administrer des lg anti-D (III-B).
      • 13.
        Au moment de pratiquer une amniocentèse, il faut administrer 300 µg d'lg anti-D aux femmes D négatif non sensibilisées (II-3B).
      • 14.
        À Ia suite d'un prélèvement de villosités choriales, il faut administrer des lg anti-D aux femmes D négatif non sensibilisées. Au cours des 12 premières semaines de gestation, il faut administrer un minimum de 120 µg d'anti-D. Après Ia 12e semaine, il faut en administrer 300 µg (II-B).
      • 15.
        Après une cordocentèse, il faut administrer 300 µg d'lg anti-D aux femmes D négatif non sensibilisées (II-JB).
      • 16.
        On peut envisager des recherches quantitatives d'HFM à Ia suite d'incidents pouvant être liés à un traumatisme placentaire et à une perturbation de l‘interface fœto-maternelle (p. ex. décollement placentaire, contusion de l‘abdomen, cordocentèse, placenta praevia accompagné de saignement). II existe un risque notable d’HFM de plus de 30 ml en cas de tels incidents, surtout s'il s'agit d'une contusion de l'abdomen (III-B).
      • 17.
        II est recommandé d'administrer 120 µg ou 300 µg d'lg anti-D au moment de procéder à des épreuves visant à quantifier I'HFM à Ia suite de situations pouvant être liées à un traumatisme placentaire et à une perturbation de l‘interface fœto-maternelle (p. ex. décollement placentaire, version céphalique externe, contusion de l‘abdomen, placenta praevia avec saignement). Si I’HFM dépasse Ia quantité correspondant à Ia dose donnée (6 ml ou 15 ml d'érythrocytes fœtaux), il faut administrer 10 µg supplémentaires d'lg anti-D pour chaque 0,5 ml d'érythrocytes fœtaux. II existe un risque d'HFM excessive, surtout en cas de contusion de l'abdomen (III-B).
      • 18.
        II faut obtenir un consentement éclairé oral ou écrit avant d'administrer des produits sanguins (immunoglobuline Rh) (III-C).

      Validation

      Cette directive clinique a été revue par le Comité de médecine fœto-maternelle et le Comité de génétique, avec Ia collaboration du Rh Program of Nova Scotia. Son approbation finale a été effectuée par le Comité exécutif et le Conseil de La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada.

      Parraine par

      La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada.

      Key Words

      To read this article in full you will need to make a payment

      Purchase one-time access:

      Academic & Personal: 24 hour online accessCorporate R&D Professionals: 24 hour online access
      One-time access price info
      • For academic or personal research use, select 'Academic and Personal'
      • For corporate R&D use, select 'Corporate R&D Professionals'

      Subscribe:

      Subscribe to Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada
      Already a print subscriber? Claim online access
      Already an online subscriber? Sign in
      Institutional Access: Sign in to ScienceDirect

      Références

        • Urbaniak S.
        The scientific basis of antenatal prophylaxis.
        Br J Obstet Gynaecol. 1998; Suppl 18: 11-18
        • Joseph K.
        • Kramer M.
        The decline of Rh hemolytic disease: should Rh prophylaxis get all the credit?.
        Am J Public Health. 1998; 88: 209-215
        • Bowman J.
        • Pollock J.
        Antenatal prophylaxis of Rh isoimmunization: 28 weeks gestation service programme.
        Can Med Assoc J. 1978; 118: 627-630
        • Armson B.A.
        • Parson M.L.
        The Rh program of Nova Scotia 1964–1994.
        Atlantic Society of Obstetricians and Gynaecologists, Halifax1995
        • Bowman J.
        • Pollock J.
        Failures of intravenous Rh immune globulin prophylaxis: an analysis for the reasons of such failures.
        Transfus Med Rev. 1987; I: 101-112
        • Tovey L.
        • Townley A.
        • Stevenson B.
        • et al.
        The Yorkshire antenatal anti-D immunoglobulin trial in primigravidae.
        Lancet. 1983; 2: 244-246
        • Urbaniak S.
        Consensus conference on anti-D prophylaxis, April 7 & 8, 1997: final consensus statement of the Royal College of Edinburgh/Royal College of Obstetricians and Gynaecologists.
        Transfusion. 1998; 38: 97-99
        • Woolf S.H.
        • Battista R.N.
        • Angerson G.M.
        • et al.
        Canadian task force on the periodic health exam.
        Canada Communication Group, Ottawa1994: xxxvii
        • Crowther C.
        • Middleton P.
        Anti-D administration after childbirth for preventing Rhesus alloimmunization.
        Cochrane Database Syst Rev. 2000; (CD000021; Oxford, Update Software)
        • Stern K.
        • Goodman H.
        • Berger M.
        Experimental iso-immunization to hemo-antigens in man.
        J Immunol. 1961; : 189-198
        • Hartwell E.
        Use of Rh immune globulin. ASCP Practice Parameter.
        Am J Clin Pathol. 1998; 110: 281-302
        • Trolle B.
        Prenatal Rh-immune globulin prophylaxis with 300 meg immune globulin anti-D in the 28th week of pregnancy.
        Acta Obstet Gynecol Scand. 1989; 68: 45-47
        • Maayan-Metzger A.
        • Schwartz T.
        • Sulkes J.
        • Merlob P.
        Maternal anti-D prophylaxis during pregnancy does not cause neonatal haemolysis.
        Arch Dis Child Fetal Neonatal Ed. 2001; 84: F60-2
        • Hong F.
        • Ruiz R.
        • Price H.
        • et al.
        Safety profile of WINHRO Anti-D.
        Semin Hematol. 1998; 35: 9-13
        • Canadian PharmacistsAssociation
        WinRho SDF™ Rh (D) immune globulin (human) passive immunizing agent.
        in: Compendium of pharmaceuticals and specialties (CPS). 36th ed. Canadian Pharmacists Association, Toronto2001: 1714-1716
        • Murdoch A.
        Irish mothers called for hepatitis C virus screening.
        Br J Med. 1994; 308: 613-614
        • Power J.
        • Lawlor E.
        • Davidson F.
        • et al.
        Hepatitis C viraemia in recipients of Irish intravenous anti-D immunoglobulin.
        Lancet. 1994; 344: 1166-1167
        • Bowman J.
        • Chown B.
        • Lewis M.
        • et al.
        Rh isoimmunization during pregnancy: antenatal prophylaxis.
        Can Med Assoc J. 1978; 118: 623-630
        • Bowman J.
        Preventing Rh sensitization during pregnancy.
        Perinat Care. 1978; 2: 24-32
        • Samson D.
        • Mollison P.
        Effect on primary Rh immunization of delayed administration anti-Rh.
        Immunology. 1975; 28: 349-357
        • Gorman J.
        • Freda V.
        • Pollack W.
        Prevention of sensitization to Rh with anti-Rh gamma globulin.
        Fred Proc. 1964; 23: 238
        • Bowman J.
        Antenatal suppression of Rh alloimmunization.
        Clin Obstet Gynecol. 1991; 34: 296-303
        • Bowman J.
        • Pollock J.
        Transplacental fetal haemorrhage after amniocentesis.
        Obstet Gynecol. 1985; 66: 749-754
        • Sebring E.
        • Polesky H.
        Fetomaternal hemorrhage: incidence, risk factors, time of occurrence and clinical effects.
        Transfusion. 1990; 30: 344-357
        • Ness P.
        • Baldwin M.
        • Niebyl J.
        Clinical high-risk designation does not predict excess fetal-maternal hemorrhage.
        Am J Obstet Gynecol. 1987; 156: 54-58
        • Stedman C.
        • Baudin J.
        • White C.
        • et al.
        Use of the erythrocyte rosette test to screen for excessive fetomaternal hemorrhage in Rh negative women.
        Am J Obstet Gynecol. 1986; 154: 1363-1369
        • Zipursky A.
        • Israels L.
        The pathogenesis and prevention of Rh immunization.
        Can Med Assoc J. 1967; 97: 1245-1257
        • Zipursky A.
        Rh hemolytic disease of the newborn -the disease eradicated by immunology.
        Clin Obstet Gynecol. 1977; 20: 759-772
      1. Mollison P. Engelfriet C. Contreras M. Haemolytic disease of the fetus and newborn due to anti-Rh D (Rh D haemolytic disease). Blackwell Scientific Publications, Boston1993: 546-580
        • Bowman J.
        The prevention of Rh immunization.
        Transfus Med Rev. 1988; 2: 129-150
        • Jackson J.
        • Branch D.
        Gabbe S. Niebyl J. Simpson J. Isoimmunization in pregnancy. WB Saunders, New York1996: 899-932
        • Feldman N.
        • Skoll A.
        • Sibai B.
        The incidence of significant fetomaternal haemorrhage in patients undergoing cesarean section.
        Am J Obstet Gynecol. 1990; 163: 855-858
        • American College of Obstetricians and Gynecologists
        Prevention of Rh D isoimmunization.
        ACOG Practice Bulletin. 1999
        • Snyder E.L.
        • Shoos Lipton K.
        Prevention of hemolytic disease of the newborn due to anti-D.
        in: Bulletin #98-2. American Association of Blood Banks, Bethesda (MD)1998: 1-6
        • Vengelen-TylerV
        Technical manual.
        American Association of Blood Banks, Bethesda (MD)1996: 12
        • Hadley A.
        • Kumpel B.
        The role of Rh antibodies in haemolytic disease of the newborn.
        Baillieres Clin Haematol. 1993; 6: 423-444
        • Robson S.
        • Lee D.
        • Urbaniak S.
        Anti-D immunoglobulin in RhD prophylaxis.
        Br J Obstet Gynaecol. 1998; 105: 129-134
        • Beaulieu M.-D.
        Screening for D (Rh) sensitization in pregnancy.
        Canadian Guide to Clinical Preventive Health Care, 1994: 116-124
        • Diguiseppe C.
        Screening for D (Rh) incompatibility. US Preventive Services Task Force.
        Guide to Clinical Preventive Services. 1996
        • Crowther C.
        Anti-D administration in pregnancy for preventing Rhesus alloimmunization.
        (The Cochrane Library; Oxford, Update Software)2001
        • Hutchet J.
        • Dallemagne S.
        • Hutchet C.
        • et al.
        The antepartum use of anti-D immunoglobulin in rhesus negative women. Parallel evaluation of a multicentre study carried out in the region of Paris.
        J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris). 1987; 16: 101-111
        • Weinstein L.
        Irregular antibodies causing hemolytic disease of the newborn: a continuing problem.
        Clin Obstet Gynecol. 1982; 25: 321-332
        • Bowman J.
        Creasy R. Resnik R. Hemolytic disease (erythroblastosis fetalis). WB Saunders Co., Philadelphia1999: 736-768
        • Barss V.
        • Frigoletto F.
        • Konugres A.
        The cost of irregular antibody screening.
        Am J Obstet Gynecol. 1988; 159: 428
        • Mitchell R.
        • Bowell P.
        • Letsky E.
        • de Silva M.
        • Whittle M.
        Guidelines for blood grouping and red cell antibody testing during pregnancy.
        Transfus Med. 1996; 6: 71-74
        • Mayne K.
        • Allen D.
        • Bowell P.
        “Partial D” women with anti-D alloimmunization in pregnancy.
        Clin Lab Haematol. 1991; 13: 239-244
        • Konugres A.
        • Polesky H.
        • Walker R.
        Rh immune globulin and the Rh-positive, D” variant mother.
        Transfusion. 1982; 22: 76-77
        • Domen R.
        Policies and procedures related to weak D phenotype testing and Rh immune globulin administration. Results from supplementary questions to the Comprehensive Transfusion Medicine Survey of the College of American Pathologists.
        Arch Pathol Lab Med. 2000; 124: 1118-1121
        • Gorman J.
        Frigoletto F. Jewett J. Konugres A. New applications of Rh immune globulin: effect on protocols. GH Hall Medical Publishers, Boston1981: 199-210
        • Bergstrom H.
        • Nilsson L.
        • Nilsson L.
        • et al.
        Demonstration of Rh antigens in a 38-day-old fetus.
        Am J Obstet Gynecol. 1967; 99: 130-133
        • Litwak O.
        • Taswell H.
        • Banner E.
        Fetal erythrocytes in maternal circulation after spontaneous abortion.
        J Am Med Assoc. 1970; 214: 531-534
        • De Crespigny L.
        • Davison G.
        Anti-D administration in early pregnancy: time for a new protocol.
        Aust N Z J Obstet Gynaecol. 1995; 35: 385-387
        • Von Stein G.
        • Munsick R.
        • Stiver K.
        • Ryder K.
        Fetomaternal haemorrhage in threatened abortion.
        Obstet Gynecol. 1992; 79: 383-386
        • van'tVeer M.B.
        • Overbeeke M.A.
        • Geertzen H.G.
        • et al.
        The expression of Rh-D factor in human trophoblast.
        Am J Obstet Gynecol. 1984; 150: 1008-1010
      2. An assessment of the hazards of amniocentesis. Report to the Medical Research Council by their Working Party on Amniocentesis.
        Br J Obstet Gynaecol. 1978; 85: 1-41
        • Brambati B.
        • Guercilena S.
        • Bonacchi I.
        • et al.
        Fete-maternal transfusion after chorionic villus sampling: clinical implications.
        Hum Reprod. 1986; 1: 37-40
        • Bowman J.M.
        • Pollock J.M.
        • Peterson L.E.
        • et al.
        Fetomaternal haemorrhage following funipuncture: increase in severity of maternal red-cell alloimmuni:z;ation.
        Obstet Gynecol. 1994; 84: 839-843
        • Marcus R.
        • Crewe-Brown H.
        • Krawitz S.
        • et al.
        Fetematernal hemorrhage following successful and unsuccessful attempts at external cephalic version.
        Br J Obstet Gynaecol. 1975; 82: 578-580
        • Nord E.
        • Blaschke E.
        • Green K.
        • et al.
        100 cases of external cephalic version with special reference to fetomaternal transfusion.
        Acta Obstet Gynecol Scand. 1989; 68: 55-58
        • Lau T.
        • Stock A.
        • Rogers M.
        Fetematernal hemorrhage after external cephalic version at term.
        Aust N Z J Obstet Gynaecol. 1995; 35: 173-174
        • Pearlman M.
        • Tintinalli J.
        • Lorenz R.
        Blunt trauma during pregnancy.
        N Engl J Med. 1990; 323: 1609-1613
        • Pollack W.
        • Ascari W.
        • Crispen J.
        • et al.
        Studies on Rh prophylaxis: II.
        Transfusion. 1971; II: 340-344
        • Manitoba Rh Program
        Manitoba guidelines for prenatal antibody screening: indications for administration of Rh immune globulin [newsletter].
        Coli Physicians Surg Manitoba. 1999; 35: 1