Advertisement
JOGC

No 233-Antibiothérapie et rupture prématurée des membranes préterme

  • Mark H. Yudin
    Affiliations
    Toronto (Ont.)
    Search for articles by this author
  • Julie van Schalkwyk
    Affiliations
    Vancouver (C.-B.)
    Search for articles by this author
  • Nancy Van Eyk
    Affiliations
    Halifax (N.-É.)
    Search for articles by this author
  • Author Footnotes
    ∗ Comité sur les maladies infectieuses: Mark H. Yudin (président), MD, Toronto (Ont.); Marc Boucher, MD, Montréal (Qc); Eliana Castillo, MD, Vancouver (C.-B.); Béatrice Cormier, MD, Montréal (Qc); Andrée Gruslin, MD, Ottawa (Ont.); Deborah M. Money, MD, Vancouver (C.-B.); Kellie Murphy, MD, Toronto (Ont.); Gina Ogilvie, MD, Vancouver (C.-B.); Caroline Paquet, sage-femme aut., Trois-Rivières (Qc); Audrey Steenbeek, inf. aut., Halifax (N.-É.); Nancy Van Eyk, MD, Halifax (N.-É.); Julie van Schalkwyk, MD, Vancouver (C.-B.); Thomas Wong, MD, Ottawa (Ont.). Comité de médecine foeto-maternelle: Robert Gagnon (président), MD, Montréal (Qc); Lynda Hudon (coprésidente), MD, Montréal (Qc); Melanie Basso, inf. aut., Vancouver (C.-B.); Hayley Bos, MD, London (Ont.); Marie-France Delisle, MD, Vancouver (C.-B.); Dan Farine, MD, Toronto (Ont.); Kirsten Grabowska, MD, Vancouver (C.-B.); Savas Menticoglou, MD, Winnipeg (Man.); William Robert Mundle, MD, Windsor (Ont.); Lynn Carole Murphy-Kaulbeck, MD, Allison (N.-B.); Annie Ouellet, MD, Sherbrooke (Qc); Tracy Pressey, MD, Vancouver (C.-B.); Anne Roggensack, MD, Calgary (Alb.). Tous les membres de comité nous ont fait parvenir une déclaration de divulgation.

      Résumé

      Objectif

      Analyser les résultats et formuler des recommandations quant à l’utilisation d’antibiotiques en présence d’une rupture prématurée des membranes préterme (RPMP).

      Issues

      Parmi les issues évaluées, on trouvait l’effet de l’antibiothérapie sur l’infection maternelle, la chorioamnionite et la morbidité et la mortalité néonatales.

      Résultats

      La littérature publiée a été identifiée par l’intermédiaire de recherches menées dans PubMed ou Medline, CINAHL et la Cochrane Library, au moyen d’un vocabulaire contrôlé approprié et de mots clés (PPROM, infection et antibiotics). Les résultats ont été restreints aux analyses systématiques, aux essais comparatifs randomisés / essais cliniques comparatifs et aux études observationnelles. Aucune restriction quant à la date ou à la langue n’a été mise en œuvre. Les recherches ont été régulièrement mises à jour et les données publiées jusqu’en juillet 2008 ont été intégrées à la directive clinique. La littérature grise (non publiée) a été identifiée par l’intermédiaire de recherches menées dans les sites Web d’organismes s’intéressant à l’évaluation des technologies dans le domaine de la santé et d’organismes connexes, dans des collections de directives cliniques, dans des registres d’essais cliniques et auprès de sociétés de spécialité médicale nationales et internationales.

      Valeurs

      Les résultats obtenus ont été évalués par le comité sur les maladies infectieuses de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC), sous la direction des auteurs principaux; les recommandations ont été formulées en fonction des lignes directrices élaborées par le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs.

      Avantages, désavantages et coûts

      La mise en œuvre de la présente directive clinique devrait aider les praticiens à élaborer une approche quant au recours à l’antibiothérapie chez les femmes qui présentent une RPMP. Les patientes tireront avantage d’une prise en charge adéquate de cette pathologie.

      Validation

      La présente directive clinique a été analysée et approuvée par le comité sur les maladies infectieuses et le comité de médecine fœto-maternelle, et approuvée par le comité exécutif et le Conseil de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada.

      Commanditaire

      La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada.

      Recommandations

      • 1.
        À la suite d’une RPMP à ≤ 32 semaines de gestation, des antibiotiques devraient être administrés aux femmes qui ne sont pas en travail afin de prolonger la grossesse et d’atténuer la morbidité maternelle et néonatale (I-A).
      • 2.
        Le recours aux antibiotiques devrait être fonction de l’âge gestationnel. Les résultats en soutenant les avantages sont plus concluants en ce qui concerne les âges gestationnels moins avancés (<32 semaines) (I-A).
      • 3.
        En ce qui concerne les femmes qui connaissent une RPMP à >32 semaines de gestation, l’administration d’antibiotiques visant la prolongation de la grossesse est recommandée lorsque la maturité pulmonaire fœtale ne peut être prouvée et/ou lorsque l’accouchement n’est pas planifié (I-A).
      • 4.
        Les schémas posologiques d’antibiotiques peuvent comprendre une phase parentérale initiale suivie d’une phase orale ou n’être constitués que d’une phase orale (I-A).
      • 5.
        Les antibiotiques à privilégier sont les pénicillines ou les antibiotiques macrolides (érythromycine) sous forme parentérale et/ou orale (I-A). Chez les patientes allergiques à la pénicilline, les antibiotiques macrolides devraient être utilisés seuls (III-B).
      • 6.
        Les deux schémas posologiques suivants peuvent être utilisés (ils ont tous deux été utilisés par les plus importants essais comparatifs randomisés s’étant penchés sur la RPMP qui ont indiqué une baisse de la morbidité maternelle et néonatale) : 5 jours (I-A); (2) érythromycine, à raison de 250 mg par voie orale toutes les 6 heures, pendant 10 jours (I-A).
      • 7.
        L’amoxicilline/acide clavulanique ne devrait pas être utilisée en raison du risque accru d’entérocolite nécrosante que courent les nouveau-nés exposés à cet antibiotique. L’amoxicilline utilisée sans acide clavulanique est sûre (I-A).
      • 8.
        Les femmes qui connaissent une RPMP devraient faire l’objet d’un dépistage visant les infections des voies urinaires, les infections transmissibles sexuellement et le statut de porteuse de streptocoques du groupe B, et elles devraient être traitées au moyen d’antibiotiques appropriés lorsque ce dépistage donne des résultats positifs (II-2B).

      Mots clés

      Abréviations:

      IIU (Infection intra-utérine), ECN (Entérocolite nécrosante), RPMP (Rupture prématurée des membranes préterme), SDR (Syndrome de détresse respiratoire)
      To read this article in full you will need to make a payment

      Purchase one-time access:

      Academic & Personal: 24 hour online accessCorporate R&D Professionals: 24 hour online access
      One-time access price info
      • For academic or personal research use, select 'Academic and Personal'
      • For corporate R&D use, select 'Corporate R&D Professionals'

      Subscribe:

      Subscribe to Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada
      Already a print subscriber? Claim online access
      Already an online subscriber? Sign in
      Institutional Access: Sign in to ScienceDirect

      Références

        • Klein L.L.
        • Gibbs R.S.
        Use of microbial cultures and antibiotics in the prevention of infection-associated preterm birth.
        Am J Obstet Gynecol. 2004; 190: 1493-1502
        • Joseph K.S.
        • Kramer M.S.
        • Marcoux S.
        • et al.
        Determinants of preterm birth rates in Canada from 1981 to 1983 and from 1992 through 1994.
        N Engl J Med. 1998; 339: 1434-1439
        • Goldenberg R.L.
        The management of preterm labor.
        Obstet Gynecol. 2002; 100: 1020-1037
        • Romero R.
        • Athayde N.
        • Maymon E.
        • et al.
        Premature rupture of the membranes.
        in: Reece A. Hobbins J. Medicine of the fetus and the mother. Lippincott-Raven, Philadelphie1999: 1581-1625
        • Romero R.
        • Espinoza J.
        • Chaiworapongsa T.
        • et al.
        Infection and prematurity and the role of preventive strategies.
        Semin Neonatol. 2002; 7: 259-274
        • Goncalves L.F.
        • Chaiworapongsa T.
        • Romero R.
        Intrauterine infection and prematurity.
        Ment Retard Dev Disabil Res Rev. 2002; 8: 3-13
        • Mercer B.M.
        Preterm premature rupture of the membranes.
        Obstet Gynecol. 2003; 101: 178-193
        • Goldenberg R.L.
        • Hauth J.C.
        • Andrews W.W.
        Intrauterine infection and preterm delivery.
        N Engl J Med. 2000; 342: 1500-1507
        • Kenyon S.
        • Boulvain M.
        • Neilson J.
        Antibiotics for preterm rupture of the membranes: a systematic review.
        Obstet Gynecol. 2004; 104: 1051-1057
        • Mercer B.M.
        • Miodovnik M.
        • Thurnau G.R.
        • et al.
        Antibiotic therapy for reduction of infant morbidity after preterm premature rupture of the membranes; a randomized controlled trial. National Institute of Child Health and Human Development Maternal-Fetal Medicine Units Network.
        JAMA. 1997; 278: 989-995
        • Kenyon S.L.
        • Taylor D.J.
        • Tarnow-Mordi W.
        • ORACLE Collaborative Group
        Broad-spectrum antibiotics for preterm, prelabour rupture of fetal membranes: the ORACLE I randomised trial.
        Lancet. 2001; 357: 979-988
        • Hannah M.
        Antibiotics for preterm prelabour rupture of membranes and preterm labour.
        Lancet. 2001; 357: 973-974
        • Kenyon S.
        • Pike K.
        • Jones D.R.
        • et al.
        Childhood outcomes after prescription of antibiotics to pregnant women with preterm rupture of the membranes: 7-year follow-up of the ORACLE I trial.
        Lancet. 2008; 372: 1310-1318
        • Ryo E.
        • Ikeya M.
        • Sugimoto M.
        Clinical study of the effectiveness of imipenem/cilastatin sodium as the antibiotics of first choice in the expectant management of patients with preterm premature rupture of membranes.
        J Infect Chemother. 2005; 11: 32-36
        • August F.N.
        • Becker C.
        • van B.A.
        • et al.
        Antibiotic therapy for preterm premature rupture of membranes- results of a multicenter study.
        J Perinat Med. 2006; 34: 203-206
        • Segel S.Y.
        • Miles A.M.
        • Clothier B.
        • et al.
        Duration of antibiotic therapy after preterm premature rupture of fetal membranes.
        Am J Obstet Gynecol. 2003; 189: 799-802
        • Kenyon S.
        • Boulvain M.
        • Neilson J.
        Antibiotics for preterm rupture of membranes.
        Cochrane Database Syst Rev. 2003; : CD001058
        • Naef 3rd, R.W.
        • Allbert J.R.
        • Ross E.L.
        • et al.
        Premature rupture of membranes at 34 to 37 weeks’ gestation: aggressive versus conservative management.
        Am J Obstet Gynecol. 1998; 178: 126-130
        • Mercer B.M.
        • Crocker L.
        • Boe N.
        • et al.
        Induction versus expectant management in PROM with mature amniotic fluid at 32–36 weeks: a randomized trial.
        Am J Obstet Gynecol. 1993; 82: 775-782
        • Woolf S.H.
        • Battista R.N.
        • Angerson G.M.
        • et al.
        • Canadian Task Force on Preventive Health Care
        New grades for recommendations from the Canadian Task Force on Preventive Health Care.
        CMAJ. 2003; 169: 207-208