Advertisement
JOGC

Directive clinique sur la grossesse chez les adolescentes

      Résumé

      Objectif

      Décrire les besoins des adolescentes enceintes au Canada (y compris celles qui sont issues de populations particulières) et les pratiques factuelles propres aux soins qui doivent être offerts à ces femmes.

      Issues

      Grossesses saines chez les adolescentes au Canada; offre de soins sûrs au plan culturel et adaptés à l'âge pour assurer l'obtention des meilleures issues possibles pour ces jeunes femmes, leurs enfants et leur famille; et réduction des taux de grossesse à répétition.

      Résultats

      La littérature publiée a été récupérée par l'intermédiaire de recherches menées dans PUBMED et The Cochrane Library le 23 mai 2012, au moyen d'un vocabulaire contrôlé (p . ex . « Pregnancy in Adolescence ») et de mots clés (p . ex .« pregnancy », « teen », « youth ») appropriés. Les résultats ont été restreints aux analyses systématiques, aux études observationnelles et aux essais comparatifs randomisés / essais cliniques comparatifs. Les résultats ont été limités aux articles publiés en anglais ou en français à partir de 1990. Les recherches ont été mises à jour de façon régulière et intégrées à la directive clinique jusqu'au 6 juillet 2013. La littérature grise (non publiée) a été identifiée par li’intermédiaire de recherches menées dans les sites Web d'organismes s'intéressant à l'évaluation des technologies dans le domaine de la santé et d'organismes connexes, dans des collections de directives cliniques, dans des registres d'essais cliniques et auprès de sociétés de spécialité médicale nationales et internationales.

      Valeurs

      La qualité des résultats a été évaluée au moyen des critères décrits dans le rapport du Groupe d'étude canadien sur les soins de santé préventifs (Tableau).

      Avantages, désavantages et coûts

      La présente directive clinique a été conçue pour aider les praticiens canadiens à offrir aux adolescentes enceintes des soins optimaux qui sont adaptés à leur âge, à leur contexte culturel et à leurs profils de risque.

      Mots clés

      Recommandations

      • 1.
        Les professionnels de la santé devraient adapter leurs services prénataux aux besoins des adolescentes et leur offrir des soins multidisciplinaires dont elles pourront facilement se prévaloir tôt dans le cadre de la grossesse, en tenant ainsi compte du fait que les adolescentes sollicitent souvent des soins plus tard que leurs homologues adultes. Un modèle de soins permettant de répondre à tous ces besoins en un seul et même endroit pourrait constituer le modèle à privilégier pour les adolescentes enceintes (II-1A)
        Tabled 1
        Critères d’évaluation des résultats et de classification des recommandations, fondés sur ceux du Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs
        Niveaux de résultats
        La qualité des résultats signalés dans les présentes directives cliniques a été établie conformément aux critères d’évaluation des résultats présentés dans le Rapport du Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs.
        Catégories de recommandations
        Les recommandations que comprennent les présentes directives cliniques ont été classées conformément à la méthode de classification décrite dans le Rapport du Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs.
        • I.
          Résultats obtenus dans le cadre d’au moins un essai comparatif convenablement randomisé.
        • II-1.
          Résultats obtenus dans le cadre d’essais comparatifs non randomisés bien conçus.
        • II-2.
          Résultats obtenus dans le cadre d’études de cohortes (prospectives ou rétrospectives) ou d’études analytiques cas-témoins bien conçues, réalisées de préférence dans plus d’un centre ou par plus d’un groupe de recherche
        • II-3.
          Résultats découlant de comparaisons entre différents moments ou différents lieux, ou selon qu’on a ou non recours à une intervention. Des résultats de première importance obtenus dans le cadre d’études non comparatives (par exemple, les résultats du traitement à la pénicilline, dans les années 1940) pourraient en outre figurer dans cette catégorie.
        • III.
          Opinions exprimées par des sommités dans le domaine, fondées sur l’expérience clinique, études descriptives ou rapports de comités d’experts
        • A.
          On dispose de données suffisantes pour appuyer la mesure clinique de prévention
        • B.
          On dispose de données acceptables pour appuyer la mesure clinique de prévention
        • C.
          Les données existantes sont contradictoires et ne permettent pas de formuler une recommandation pour ou contre l’usage de la mesure clinique de prévention; cependant, d’autres facteurs peuvent influer sur la prise de décision.
        • D.
          On dispose de données acceptables pour déconseiller la mesure clinique de prévention.
        • E.
          On dispose de données suffisantes pour déconseiller la mesure clinique de prévention.
        • L.
          Les données sont insuffisantes (d'un point de vue quantitatif ou qualitatif) et ne permettent pas de formuler une recommandation; cependant, d’autres facteurs peuvent influer sur la prise de décision.
        Woolf SH, Battista RN, Angerson GM, Logan AG, Eel W. Canadian Task Force on Preventive Health Care . New grades for recommendations from the Canadian Task Force on Preventive Health Care . CMAJ 2003;169:207-8.
        *La qualité des résultats signalés dans les présentes directives cliniques a été établie conformément aux critères d’évaluation des résultats présentés dans le Rapport du Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs.
        Les recommandations que comprennent les présentes directives cliniques ont été classées conformément à la méthode de classification décrite dans le Rapport du Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs.
      • 2.
        Les fournisseurs de soins devraient être sensibles aux besoins développementaux particuliers des adolescentes tout au long de la grossesse, ainsi que dans le cadre des soins intrapartum et postpartum (III-B)
      • 3.
        Chez les adolescentes, la grossesse est exposée à des risques élevés et devrait faire l’objet d’une prise en charge adaptée en conséquence dans le cadre de programmes disposant des capacités nécessaires. Les risques physiques propres à la grossesse chez une adolescente doivent être pris en considération et les soins offerts doivent s’y adapter. (II-1A)
      • 4.
        La participation des pères et des partenaires aux cours prénataux (soins à prodiguer à la mère et à l’enfant) devrait être favorisée autant que possible. (III-B)
      • 5.
        La tenue d’une échographie au cours du premier trimestre est recommandée non seulement aux fins de la datation adéquate de la grossesse (soit la raison habituellement invoquée pour la tenue d’une telle intervention), mais également pour l’évaluation des risques accrus d’accouchement préterme. (I-A)
      • 6.
        Des services de counseling traitant de toutes les options disponibles en ce qui concerne la grossesse (avortement, adoption et parentage) devraient être offerts à toutes les adolescentes chez qui la présence d’une grossesse intra-utérine a été confirmée. (III-A)
      • 7.
        Un dépistage visant les infections transmissibles sexuellement (II-2A) et la vaginose bactérienne (III-B) devrait être mené systématiquement dans le cadre de la première consultation prénatale et, une fois de plus, au cours du troisième trimestre; un dépistage visant les infections transmissibles sexuellement devrait également être mené pendant la période postpartum et lorsque la présence de symptômes en justifie la mise en œuvre.
        • a.
          Puisque les adolescentes enceintes sont intrinsèquement exposées à des risques accrus de travail préterme, d’accouchement préterme et de rupture prématurée des membranes préterme, elles constituent un « groupe exposé à des risques élevés » le dépistage et la prise en charge de la vaginose bactérienne s’avèrent donc recommandée (III-B)
        • b.
          À la suite d’un traitement mis en œuvre en raison de l’obtention d’un résultat positif au dépistage, la tenue d’un test de contrôle post-traitement s’avère requise de trois à quatre semaines à la suite de la fin du traitement. L’orientation du partenaire vers des services de dépistage et de traitement s’avère également requise. Les fournisseurs de soins devraient profiter de l'occasion pour discuter de l'utilisation de condoms avec leurs patientes. (III-A)
      • 8.
        La mise en œuvre systématique et répétée d’un dépistage de la consommation d’alcool, de la consommation de substances psychoactives et de la violence pendant la grossesse est recommandée, en raison de leurs taux accrus au sein de cette population (II-2A)
      • 9.
        La mise en œuvre systématique et répétée d’un dépistage et d’une prise en charge des troubles de l’humeur pendant la grossesse est recommandée, en raison des taux accrus de ces troubles au sein de cette population. L’administration de l’Échelle de dépression postnatale d’Édimbourg à chaque trimestre et pendant la période postpartum (et plus fréquemment, lorsque cela semble nécessaire) constitue une option pour la mise en œuvre d’un tel dépistage (II-2A)
      • 10.
        Les adolescentes enceintes devraient faire l’objet d’une évaluation nutritionnelle et d’une supplémentation en vitamines et en aliments (au besoin), ainsi qu’obtenir accès à une stratégie visant !,optimisation du gain pondéral pendant la grossesse et la baisse des risques d'anémie et de faible poids de naissance. (II-2A)
      • 11.
        Des données contradictoires soutiennent et réfutent la présence de différences en matière d'hypertension gestationnelle au sein de la population adolescente; ainsi, nous soutenons pour l'instant l'offre, aux adolescentes enceintes, des soins qui sont habituellement offerts aux populations adultes. (II-2A)
      • 12.
        Les praticiens devraient consulter les lignes directrices traitant du diabète sucré gestationnel. En théorie, le dépistage de toutes les patientes s'avère approprié, et ce, bien que les taux de diabète sucré gestationnel soient généralement moindres chez les populations adolescentes. Les praticiens devraient cependant être avisés que certains groupes ethniques (dont les populations autochtones) sont exposés à des risques élevés de diabète sucré gestationnel (II-2A)
      • 13.
        La tenue d'une échographie d'évaluation anatomique à 1620 semaines est recommandée, en raison des taux accrus d'anomalies congénitales au sein de cette population. (II-2A)
      • 14.
        Tout comme dans le cas d'autres populations exposées à des risques de retard de croissance intra-utérin et de faible poids de naissance, la tenue d'une échographie visant à évaluer le bien-être fœtal et à estimer le poids fœtal à un âge gestationnel de 32-34 semaines est suggérée pour le dépistage du retard de croissance intra-utérin. (III-A)
      • 15.
        Au cours du deuxième ou du troisième trimestre, les consultations devraient être plus fréquentes pour traiter des risques accrus de travail et d'accouchement prétermes, et pour évaluer le bien- être fœtal. Tous les fournisseurs de soins devraient connaître les symptômes du travail préterme et former leurs patientes de façon à ce qu'elles puissent les reconnaître. (III-A)
      • 16.
        On se doit de souligner que les adolescentes comptent des taux d'accouchement vaginal supérieurs et (de façon concomitante) des taux de césarienne inférieurs, par comparaison avec leurs homologues adultes. (II-2A) Tout comme dans le cas des soins prénataux, les soins peripartum prodigués à l'hôpital devraient être de nature multidisciplinaire, mettre en jeu le milieu social, soutenir l'allaitement et la lactation, et solliciter la participation des services de protection de l'enfance, lorsque cela s'avère justifié. (Ill-B)
      • 17.
        Les soins postpartum devraient comprendre une composante traitant des modes de contraception (particulièrement des contraceptifs réversibles à action prolongée), dans le but d'abaisser les taux élevés de nouvelle grossesse chez les adolescentes; les discussions au sujet de la contraception devraient débuter avant l'accouchement. (III-A)
      • 18.
        L’allaitement devrait être recommandé et du soutien suffisant devrait être offert à cette population exposée à des risques élevés d'abandon (II-2A)
      • 19.
        Des programmes de soins postpartum visant la hausse des connaissances parentales et des taux d'allaitement, le dépistage et la prise en charge de la dépression postpartum, le prolongement des intervalles entre les grossesses et la réduction des taux de grossesse non souhaitée à répétition devraient être offerts pour soutenir les parents adolescents et leurs enfants. (III-B)
      • 20.
        Au sein des collectivités autochtones, rurales, éloignées et du Nord, les adolescentes devraient bénéficier du soutien nécessaire à la tenue de l'accouchement le plus près possible de leur foyer. (II-2A)
      • 21.
        Les adolescentes enceintes qui doivent être évacuées d'une collectivité éloignée devraient pouvoir se faire accompagner par un membre de la famille (ou toute autre personne de leur choix) à des fins de soutien et d'encouragement. (II-2A)
      • 22.
        Des soins prénataux sûrs au plan culturel (y compris des mesures de soutien affectif, pédagogique et clinique aidant les parents adolescents à mener une vie leur assurant la santé) doivent être offerts, et ce, particulièrement au sein des collectivités autochtones et du Nord. (II-3A)
      • 23.
        Les croyances culturelles (entourant la fausse couche et les problèmes de la grossesse) et les considérations particulières (en ce qui concerne la manipulation des restes fœtaux, des tissus placentaires et du cordon ombilical) doivent être respectées (III)
      Le texte intégral du présent document est disponible en ligne à http://www.sogc.org et à http://www.jogc.com.